Compas

| 0 Commentaires

compas _0001Vous entendrez certainement des plongeurs employer le terme de boussole, et d’autres celui de compas. l’important. c’est d’avoir un moyen d’orientation, de savoir l’utiliser … et qu’il soit accessible.

Pour ne par perdre le nord, faisons un point sur cet instrument.

On pourrait tenter d’arrêter une définition pour les deux termes :

  • Boussole : instrument au centre du quel est placé une aiguille aimantée qui repose librement sur un pivot et dont les extrémités se dirigent vers les pôles magnétiques de la Terre, ce qui permet de reconnaître la direction du nord. La boussole aura une lecture verticale en gardant au maximum une assiette horizontale.
  • Compas : Instrument permettant de connaître à tout moment, une direction fixe  (ligne de foi) par rapport à une autre de référence , en général le nord magnétique grâce à une rose des vents mobile.

Le compas sous-marin est le plus souvent, composé d’un bague mobile graduée de 5 en 5 degrés, d’une rose des vents défini simplement (Nord, sud, est et ouest) par les lettres N,S,E et W. Cette dernière est elle aussi graduée en sans inverse pour permettre la lecture du cap suivi, dans la fenêtre. Certain vieux modèle on les graduations sur le boitier et une bague mobile permet de faire la visée.

Le compas offre ainsi deux possibilités de lecture, verticale comme la boussole et horizontale via la fenêtre. Il est aussi à remarquer que le compas accepte une tolérance d’angle de lecture plus ou moins grande selon les modèles.

Les standards GUE préconisent un compas de poignet. On choisira un modèle résistant au choc, voir réparable en changeant les pièces, phosphorescent, chiffres et graduations relativement grands pour une lecture en eaux troubles, acceptent un lecture inclinée, et qui n’entrave pas le gonflage de la combinaison étanche.

Pour utiliser un compas, il faut :

  1. Etre capable de faire un relevé :
    Cela consiste à mesurer la direction d’un repère qui par la suite servira à s’orienter sous l’eau.
  2. Etre capable de suivre un cap :
    Cela consiste à suivre sous l’eau la direction qui a été mesurée lors d’un relevé.

J’ai testé trois modèles, avant de m’arrêter sur un qui répond à tous mes exigences.

 Compas US Diver  Compas Ocean  SK7 Suunto
compas _0004 compas _0006 compas _0012
Diamètre/Hauteur 57mm/31mm 60mm/31mm 60mm/33mm
 Taille de la fenêtre ↑→  10mm/20mm 11mm/21mm 13mm/30mm
 Résistance au choc ♠♠♠♠♠  ♠♠♠♠  ♠♠♠♠♠ 
 Pièces disponibles  non  non trouvé  oui
 Phosphorescence ♠♠♠ ♠♠♠♠ ♠♠♠♠♠ 
 Lecture en eau trouble ♠♠ ♠♠♠ ♠♠♠♠♠  
 Degrés d’inclinaison  10° 15°  25°
 Mode de fixation d’origine  base pour flexible  bracelet  DSS
 Support DSS  non  non  oui
 Si non : modifiable  oui  oui

Il a fait ses preuves tant en résistance et en fiabilité de prise de cap et de lecture, dans des eaux très chargées. Je veux bien évidemment parler du modèle SK7 de Suunto, avec une plateforme DSS pour un port au choix au poignet ou sur le dos de la mains ( la position que j’ai adopté)

Il se compose :

  1. D’une plateforme DSS : Dans son axe est découpé un fenêtre pour une visée horizontale. Au centre de cette ouverture sur le rebord opposé une encoche permet le centrage de la bague.
  2. D’une capsule étanche transparente, sur laquelle, dans son axe, est marqué la ligne de foi. dans ce même axe un ergot permet de centrer la capsule à l’intérieur de la bague.
  3. D’une « Rose des vents »  enfermé dans la capsule. immergée dans un bain, cette dernière est mobile et il y est inscrit : l’Ouest et l’Est.  Le Sud et le Nord étant matérialisés pas les deux extrémités d’une même flèche.
    La pointe de la flèche « le Nord » s’oriente automatiquement vers le nord magnétique. Une graduation de 0 à 360°, de 5 en 5° est marqué sur le biseau de la périphérie de la rose des vents. Cette inscription est inverse à la matérialisation du nord magnétique, permettant une lecture du cap par la fenêtre de visée de la plateforme.
  4. D’une bague avec une couronne tournante, sur laquelle on trouve une graduation de 0 à -360° de 5 en 5°(celle-ci est non inversé). Sur l’axe de la couronne, aux graduations 0° et 180° deux repères permettent d’identifier le Nord et le Sud, Sur le rebord intérieur de la bague, une encoche permet le bon placement de la capsule dans le même axe sur la face extérieur un ergot viendra se loger dans l’encoche du boitier DSS.

Utilisation du compas :

  • Relevé à l’aide d’un compas : A l’aide du repère (ligne de foi) de la fenêtre latérale, visez dans la direction que vous voulez repérer. Reportez l’angle trouver dans la fenêtre, à l’aide de la couronne en faisant coinsider le chiffre correspondant avec votre ligne de foi. Si plusieurs directions sont envisagées, notez-les sur votre wetnotes.
  • Utilisation du compas en plongée : La fenêtre de visée doit être orientée vers vous sous peine de faire une erreur de 180°. Lorsque vous regarder la fenêtre latérale, mettez l’angle mesuré en correspondance avec la ligne de foi. Dirigez vous dans la direction indiquée par la ligne de foi en maintenant le Nord de la rose(pointe de la flèche) dans le repère double de la couronne.  Par contre, si vous voulez revenir sur vos pas, vous devrez maintenir le nord de la rose vers le repère simple. (C’est ce que l’on appelle faire un 180°).

Pour bien suivre le cap, il est préférable de le tenir le compas dans l’axe du corps. Lorsqu’on veut une bonne précision, il est préférable de ne pas le quitter des yeux. Cependant, dans la pratique courante, il suffit d’y jeter un coup d’oeil de temps en temps. L’expérience aidant, on se rend compte lorsqu’on modifie sa direction.

Des éléments extérieurs peuvent perturber le bon fonctionnement du compas, il faudra en tenir compte lors de la prise de cap !

  • Des éléments de l’équipement du plongeur : les blocs par exemple.
  • Lorsqu’il y a du courant,il faudra corriger une dérive  plus ou moins importante. On réalisera un chainage. Cela consiste  après visualisé la direction principale,  de s’orienter grâce a des repères naturel pour progresser par bond.
  • Le palmage ! En effet comme l’on possède un bras fort, on a une jambe forte, et avec un palmage dit classique, l’on constate un légère dérive vers le coté de cette jambe dû à un appuis plus prononcé d’un coté que de l’autre. Pour palier a ce problème, la pratique du Frog kick est fortement recommandé.

Le frottement de la rose des vents sur l’intérieur de la capsule peut impliquer un blocage de celle-ci et donc amener à une erreur de cap. Pour éviter cela, le compas doit être maintenu autant que possible le plus horizontal. A l’achat d’un compas,il est bon de vérifier le degrés maximum de gite de la rose des vents, sans blocage, cette information étant rarement donnée par le fabricant.

La précision des compas sous-marins est de quelques degrés, il faut savoir qu’une erreur de 3° sur une distance de 100 mètres entraîne une écart d’environ 5 mètres à l’arrivée.

Le SK7 que je viens de décrire peut être qualifié de  modèle mécanique. Il en existe aussi des  modèles électroniques.  L’avantage de ceux-ci, est la mise en mémoire de cap pré définis et d’émettre des alarmes dès que l’on s’écarte de la bonne route. ils sont souvent associé à un ordinateur.

Je ne dirai qu’une chose, c’est qu’un matériel simple tombe rarement en panne, et  donc un modèle mécanique si il est bien utilisé sera le garant d’une bonne orientation, sans parler du prix.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.