Tout savoir sur la plongée DIR [Publipost]

GUE_guefrance

Peut-être avez vous déjà entendu parler de la plongée DIR. Vous avez certainement déjà croisé des plongeurs GUE. Quelle idée en avez vous ?
Lors d’une discussion entre plongeurs ou sur certains sites web nous pouvons entendre et lire une multitude d’informations souvent incomplètes voire même totalement fausses au sujet des plongeurs DIR.
Tout cela est compréhensible, malheureusement. Ce concept est relativement nouveau et méconnu, spécialement en Francophonie. Il ne faut pourtant pas s’en méfier.
Voici la vérité sur la plongée DIR.

Qu’est-ce que ça veut DIR ?
D.I.R. est l’acronyme de l’expression anglophone « Doing It Right » qui signifie littéralement « bien faire les choses ». Ce terme trouve son origine dans un article publié en 1995 intitulé « Do it right, or don’t do it » soit « Faites le correctement, ou ne le faites pas du tout »
Cette philosophie a pour but unique d’augmenter la sécurité en plongée.
L’élément le plus important pour garantir la sécurité du plongeur est le plongeur lui-même, comprenez par là ses capacités physiques et mentales. Ensuite la redondance nécessaire se trouve chez son binôme et au sein de la palanquée. Enfin l’équipement doit être simple, fiable et connu de tous. Selon ces principes la plongée DIR définit les bases d’un nouveau système de formation révolutionnaire : Vie saine, entrainement physique régulier, esprit d’équipe, attentivité situationnelle, maîtrise totale de la flottabilité, équilibre parfait sous l’eau, techniques de palmage de précision, matériel simple et efficace, techniques standardisées.
Eliminer le superflu, optimiser l’essentiel !
Les accidents graves découlent généralement d’une suite de petites erreurs, pourquoi ne pas simplement éviter de les commettre ? Le risque zéro sous l’eau est une utopie mais la plongée DIR existe pour s’en approcher.

Un peu d’histoire.
L’auteur du fameux article « Do it right, or don’t do it » est George Irvine, directeur du projet de la plaine karstique de Woodville, le WKPP (Woodville Karst Plain Project), un groupe de chercheurs et de plongeurs qui explorent depuis 1985 un des réseaux souterrains immergés les plus vastes du monde, la source de Wakulla en Floride. Ces recherches nécessitent un nombre incalculable de plongées extrêmement engagées, quotidiennes et répétées. Des plongées effectuées par des personnes venant d’univers radicalement différents tels que des chercheurs, des explorateurs, des plongeurs professionnels et autres scientifiques.
Dans le but d’augmenter la sécurité au sein du WKPP, Bill Hogarth Main, s’inspirant d’autres plongeurs de l’époque (Sheck Exley entre autres) suggère une simplification et une standardisation du matériel pour faciliter le travail du plongeur et sa sécurité. Son idée est de n’emporter que le stricte nécessaire sous l’eau et de l’adapter selon les besoins réels de chaque environnement. Il crée une configuration unique de base, applicable à tous type de plongée. La configuration Hogarthienne.
Irvine précise l’idée en exigeant de bonnes capacités physiques et un niveau de conscience élevé que l’on appelle attentivité situationnelle. Cette nouvelle méthode de plongée sera expérimentée, modifiée et optimisée durant de nombreuses années par l’ensemble des plongeurs de Wakulla.
Jarrod Jablonski, directeur de la formation des plongeurs du WKPP y a battu le record du monde de pénétration en plongée sous plafond avec plus de 11km parcourus. L’efficacité du système DIR est avérée. De nombreuses personnes commencent alors à s’y intéresser et à vouloir être formés de cette manière. Pour répondre à la demande grandissante, en 1998 Jablonski crée GUE, Global Underwater Explorers. Une organisation sans but lucratif dédiée à l’enseignement de la plongée DIR mais aussi à l’exploration et à la protection du milieu sous marin.
De nos jours, bon nombre d’organisations se revendiquent DIR, avec plus ou moins de légitimité. Il est important de comprendre le sens holistique, c’est à dire global, de ce système. Ces techniques ont été établies pour être les plus efficaces, dans la mesure où elles s’utilisent ensembles et en même temps, une fois sorties de leur contexte originel, elles n’ont plus de sens. Certains plongeurs ressentent cette recherche d’excellence comme une forme d’exclusion et d’élitisme. Puisque si il existe une seule bonne manière de plonger alors les autres seraient mauvaises, rien n’est plus faux.
La plongée DIR est ouverte à tous et en constante évolution.
Le débat est permanent, les instructeurs peuvent à tout moment lancer une réflexion collective et si besoin changer les standards, évoluer. Si vous avez la capacité de vous remettre en question, si vous recherchez plus de confort, plus de sécurité et que vous souhaitez augmenter votre niveau, alors vous devez aller à la rencontre des plongeurs DIR et pourquoi pas en devenir un.

L’organisation GUE arrive en France !
Global Underwater Explorers ou GUE est un organisme Américain dédié à l’excellence en matière d’éducation, d’exploration et de recherche sous marine.
Le cursus se divise en trois domaines distincts, le LOISIR (sans décompression), le TEC (avec décompression) et le CAVE (sous plafond). Chaque domaine compte trois niveaux, Niveau 1 (autonomie), Niveau 2 (confirmé) et Niveau 3 (maîtrise). Il existe également une branche FUNDATIONAL avec les cours Primer, Fondamental, Etanche, Doubles, Scooter sous marin et Documentation.

Le PRIMER est une journée d’initiation à la plongée DIR, tous les plongeurs y sont les bienvenus. Découverte de GUE, des techniques de palmage, de la trim, configuration de votre matériel à la sauce DIR.

La formation GUE la plus populaire reste sans conteste « le Fondamental ». Ce stage de 4 jours se destine aux plongeurs déjà certifiés venant d’une autre organisation, c’est une passerelle qui redirige le candidat selon son niveau vers les cursus Tec, Cave ou Loisir.

Le Primer est par ailleurs une excellente préparation au Fondamental.
Si vous n’avez jamais plongé, vous pouvez tout à fait commencer votre formation directement avec GUE en vous inscrivant au cours Loisir 1. Depuis le vidage de masque jusque la trim vous apprendrez la plongée DIR en 10 jours consécutifs ou en cessions hebdomadaires en 3 ou 4 mois.

Le cours Tec 1, accessible aux plongeurs GUE Loisir 2 ou GUE Fondamental Tec, vous emmène jusque 51 mètres de profondeur au trimix normoxique avec une déco au nitrox 50. Le tout sans ordinateur !

Le cours Cave 1, accessible aux plongeurs GUE Loisir 2 ou GUE Fondamental Tec, vous fera pénétrer en grotte immergée jusqu’à 30 mètres de profondeur au Nitrox 32 sans déco, pour poser des jumps et passer plus de 2 T il vous faudra le niveau Cave 2 !

GUE est internationalement reconnue comme étant l’organisation de plongée qui propose le plus haut niveau de formation. Présente avec de nombreux instructeurs en Italie, en Allemagne, en Suisse, en Grèce, en Angleterre, en Russie, en Amérique et même au Japon.

Depuis septembre 2013, la France à enfin son premier instructeur, Stephane PAZIENTE, instructeur GUE Fondamental, Primer et Loisir.

Toutes les formations s’organisent sur demande. Infos et réservations : www.guefrance.com

Pour info, les stages proposés aujourd’hui sont : 
 
GUE Primer, 150 €
GUE Doubles, 100 €
GUE DrySuit, 100 €
GUE Rec1, 500 €
GUE Fondamental, 600 €
GUE Rec3, 750 €
 
Les prix s’entendent hors frais d’inscription (variable entre 30$ et 95$ sur le site gue.com) et hors frais de plongée, gaz, dive center, logement et/ou location de matériel. 
 
Pour GUE France
Stephane PAZIENTE
Instructeur GUE
Représentant de BtS Europa, Halcyon et DUI 

Les commentaires sont fermés.